Which side are you on? (Belfast Irlande du Nord 2015-2019)
     

Which side are you on? (Belfast Irlande du Nord 2015-2019)

La Peace Line séparant Falls road et Shankill

Les accords de paix en Irlande du Nord se sont aussi négociés à Belfast dans une église de Falls Road. Le Clonard Monastry surplombe la peaceline de séparation de Falls Road et Shankill.

Ouest Belfast. Portails et points de passage au niveau de la peace line séparant les quartiers de Falls Road et Shankil.

Springfield road, Fourthspring intercommunity group est un centre social situé sur une peace line de West Belfast. Ancienne église incendiée plusieurs reprises elle s'efforce de réunir des personnes venant de chaque côté du mur.

D’un côté le quartier irlandais de Falls Road, à quelques centaines de mètres de là, le quartier loyaliste protestant de Shankill.

Dans un pub de Falls Road

Devant un point de passage de Falls Road à Shankil.

Depuis le début du mois, de part et d’autres de la ville se dressent des tours de palettes, souvent ornées de drapeaux irlandais. Le soir venu ces tours sont incendiées. Les protestants loyalistes poursuivent toute la nuit leur célébration sur des chants partisans.

Aux abords d'un bonefire quelques jours avant la marche loyaliste. Les enfants surveillent souvent les palettes pour pas qu'ils soient incendiés par des militants républicains.

Point de passage entre Falls Road et Shankill

Des adolescents du quartier de Shankill trainent dans un terrain vague proche de la peace line et surveillent une tour en palette qui sera incendiée le soir, veille du défilé des orangistes

Ces portails sont dans la continuité d'un mur de 5,5 m. Des portails laissent passer ceux qui le désirent, ils ouvrent et ferment à la même heure. Tous les jours. Matin et soir… sauf le dimanche.

Katerine à une cour qui donne sur la peaceline, non loin de la fameuse Davis Tower de Falls Road. Elle est « Barricade baby ».Elle est née en 69 au moment où les premières barricades ont été dressées. Sa mère a été portée au-dessus de l’une d’elle pour pouvoir accoucher à l’hôpital.

Sur la Peace Line, à coté de chez Katerine

Belfast le 17 mars 2019, J

Les 11 et 12 juillet, les loyaliste unionistes protestants de l'irlande du Nord c?brent la vicoire en 1690 du roi Guillaume III d'Orange-Nassau contre l'ancien souverain anglais Jacques II. A cette occasion une manifestation est organis?dans le centre de la ville

Falls Road.

Début juillet les habitants de Fallsroad et des quartiers catholiques de Belfast désertent les rues. Ils ne veulent pas rester en ville.
Côté protestants l’heure est à la fête.

Les célébrations du 12 juillet marquent la victoire d’un roi protestant sur un souverain catholique en 1690.

Dans le centre ville de Belfast

Avec le Brexit, les loyalistes ont peur d’être séparés du Royaume Uni et de voir les catholiques et les républicains prendre politiquement le dessus.

Le défilé Orangiste part du centre de Belfast.

Une partie de la marche orangiste se heurte en fin de procession à des cordons de policiers placés pour éviter toute intrusion dans les quartiers catholiques.

Une partie de la marche orangiste se heurte en fin de procession à des cordons de policiers placés pour éviter toute intrusion dans les quartiers catholiques.

Côté loyaliste la veille de la marche orangiste

La Saint Patrick se passe dans les bars. La musique est le coeur de la protestation nord irlandaise qui raconte l'histoire des républicains.

Anciens activistes, les chauffeurs de taxi revivent chaque jour les traumatismes de la guerre.

L?gende

Paul, travailleur social de Shankill le soir du 11 juillet. Pour lui ces murs permettent finalement aux habitants d’oublier qu’une seule chose: leurs conditions de vie.

Un Bone fire dans le centre ville de Belfast

Une église la nuit

Ecrivain de roman noir Sam Millar est né à Belfast.
Il vit là-bas. Il est critique, parfois amer sur la situation irlandaise passée et actuelle. Il a des rancoeurs plus personnelles. Mais une analyse très clinique.
Pour lui, les murs de la paix ne sont que des Baby Blanket (des doudous), qui servent à rassurer les habitants. Si on enlève le doudou a un enfant, il va pleurer mais vite réaliser qu’il n’en a plus besoins « Pour les murs c’est pareil».

Le début d'une fresque Loyaliste de Mark Irvine

Les Blacks Taxis sont des souvent conduits par des anciens activistes. Ils font visiter les peintures des quartiers de Shankill et Falls Road (ci contre sur la photo)

Robert, le plus âgé a connu les prisons anglaises, l’Ira, Bobby Sands et les grèves de l’hygiène (dirty protest). Il attend un autre Robert à une Gate, un de ses « check Point Chalry ».comme le répète l’irlandais. Robert Harris est plus jeune, travailleur social, loyaliste et discret sur son passé. Mais leurs histoires personnelles les lient. Les ennemis d’hier réfléchissent à changer un portail. Ils veulent remplacer la structure pleine par un portail à barreaux. Behind the Gates a été réfléchi « pour que les gens puissent au moins se voir à travers ».

Robert Harris, travailleur social de Shankill montre une fresque valorisant les habitants du quartier et qui a remplacées fresques militaires

Shankill, fresque Murale commémorant la mémoire des soldats d'Ulster mort durant la bataille de la Somme.

West Belfast ou se situent les quartiers de Falls Road (Catholique républicain) et de Shankill (protestant loyaliste). Peace line coté Shankill. A une interface Mark Irvine, muraliste loyaliste peint une fresque

Mark Irvine, muraliste loyaliste devant la porte de son atelier.

Peace line coté Falls Road, un muraliste représente l'incendie de la poste de Dublin lors de l'insurrection de Pâques 1916

Terry.
Il parait rustre. Il est adorable. Il a eu une dépression. Il est né d’un couple mixte. Alors Terry fait aussi du social à sa manière.
Il a sa salle de boxe dans une ancienne école.

Sa salle est sur une peaceline. Côté protestants.

Mais des boxeurs venus du côté catholiques viennent aussi s’entrainer.

La boxe est toujours le sport de la working class.

Parfois le adhérents font un grand détour pour venir. Certains sont démotivés.

Alors c’est sous l’escalier jouxtant le mur de la Paix que Terry a développé une obsession : faire une porte dans le mur.

« Si ceux de l’autre côté voudront venir boxer, ils le pourront. Ils auront le choix de passer ou pas cette porte. Et avoir le choix c’est le plus important ». Il n’a toujours pas eu d’autorisation pour faire cette porte.

West Belfats: un arc en ciel sur le haut de Springfiel à Bally Murphy ou a eu lieu en 1971 le Bloody Sunday de Belfast. L'armée anglaise a tué 10 civils.

Les Blacks Taxis sont des souvent conduits par des anciens activistes. Ils font visiter les peintures des quartiers de Shankill et Falls Road (ci contre sur la photo)

Des catholiques venant de Clonard Monastry à Falls Road participent au programme par delà le mur. Ces chrétiens, partent de ce lieux pour traverser une « gate » et prier lors d’un office protestant à quelques centaines de mètres par dessus le mur de séparation.

Lors d'un office protestant à Shankill

Dans un salon de thé de Shankill